LEnfant face à la séparation des parents (La Découverte, 2009 rien ne permet daffirmer que la résidence alternée est plus préjudiciable pour le bébé que la résidence unique chez sa mère, si ce nest des considérations idéologiques éculées.
Attention : les réponses apportées ci-dessous peuvent être juridiquement erronées.
Pour autant, le principe qui guide le magistrat est bien lintérêt de lenfant, principe quil examine à travers plusieurs critères que lon peut résumer ainsi : lâge et la maturité de lenfant, lentente entre les parents, la distance entre les domiciles de chaque parent et les.Ce dernier a conclut que les troubles de lenfant étaient liés à une grosse anxiété, et a insisté sur limportance de la stabilité familiale, les changements de situation devant être préparés et régulés.Il nest pas possible que les parents soient dans limpossibilité de sadresser la parole calmement.Comment peut-on remettre en cause un tel mode de garde, et passer à une résidence principale chez lun ou lautre des parents?Deux compte-rendu de léquipe éducative ont démontré que lenfant, qui résidait chez sa mère depuis la décision de première instance, avait fait beaucoup de progrès ; quen outre, lenfant, âgé seulement de cinq ans, avait besoin de maternage et était très attaché à sa mère avec.Éléments nouveaux susceptibles dêtre pris en compte par le Juge : déménagement ou mutation professionnelle: Il est à noter que dans lhypothèse dun déménagement, les parents doivent sinformer mutuellement et en temps utile, car il se peut que celui-ci modifie les conditions dexercice de lautorité parentale.Un même argument brandi par les adeptes et par les opposants de la garde alternée.Publié le, lien: ml).Quels sont les critères appréciés par le Juge pour justifier un tel changement?Le recul a permis au pédopsychiatre Maurice Berger de constater lapparition de troubles liés à la discontinuité des lieux de vie et des figures dattachement.Ainsi, la Cour dappel a maintenu la résidence de lenfant chez la mère à titre habituel et est donc revenue sur la résidence alternée.



Le Juge a fixé la résidence chez la mère en se fondant notamment sur : le jeune âge de lenfant (3 ans et demi sa fragilité psychologique, léloignement des domiciles parentaux, ainsi que sur les relations conflictuelles des parents.
La garde alternée convient-elle aux tout-petits?
Intérêt de lenfant: Si lenfant peut demander à être entendu par le Juge (et alors ce dernier na pas dautre choix que de lentendre dans son cabinet la redoute reduction nouvelle collection il arrive très souvent que le magistrat prenne sa décision sans même avoir vu le ou les enfants.
Selon la loi n2002-305 du, les parents divorcés ou séparés peuvent choisir de fixer la résidence de leurs enfants de façon alternée au domicile de chacun.«Les séparations répétées, alors quil ne se repère pas dans le temps, engendrent chez lui une forte angoisse concours tage maje existentielle : il nest pas sûr que le parent qui disparaît continue dexister, ni de continuer à exister à ses yeux.».De la même façon, vous pouvez aider vos code promo travelski confrères en répondant à leurs interrogations.SélectionnerNonOui, continuer, nous venons de mettre en ligne une nouvelle fonctionnalité sur le forum qui vous permet de demander conseil à vos confrères sur un problème de droit.Seuls les avocats peuvent échanger grâce à cette fonctionnalité.Quel que soit l'âge, l'enfant doit-il être consulté?À, psychologies, nous sommes plusieurs à pratiquer la garde alternée, convaincus que, lorsquelle est voulue dans lintérêt de lenfant, elle constitue la moins mauvaise des solutions.Il préconise déviter la formule avant lâge de 6-7 ans.Cependant, avant de changer complètement le mode de résidence de lenfant, le Juge pourra avant tout ordonner une médiation familiale pour faciliter cette communication.Un point de vue que partage en partie Nicole Prieur, compte tenu du fait que, avant cet âge, son «continuum dexistence» la représentation de sa propre permanence et de celle du monde qui lentoure nest pas assez solide.

Lautre éventualité le condamnerait à être privé de grandir auprès de lun de ses parents.
Attention : une simple «impression» ne suffit pas à dire que lenfant supporte mal la résidence alternée, il faut des preuves (souvent médicales) pour appuyer ces dires.
Posez-la sur notre forum juridique, répondre au sujet.


[L_RANDNUM-10-999]